31 mai 2005

Assez de faire du méta-blog et de ne parler que de la réalisation de ce dernier et puis, je ne suis pas très douée pour rendre compte chouettement de ma vie: je pense donc faire un vrai blog fictif à l'image d'une vraie fausse personne. Ceci ne veut pas dire que je vais définitivement fermer ce blog... rassurez-vous tout de suite, vous pourrez toujours assister à quelques déballages annarcissiques mais leur rédaction sera davantage réservée aux amis, aux proches et au moins proches. Aujourd'hui j'ai donc l'intention de vous soumettre les différentes personnes que j'aimerais potentiellement mettre en scène. Je demande donc aux happy-few lecteurs de me dire ce qu'ils en pensent et d'expliquer leur choix...

- Noémie Vernaux, cinquantenaire, dilettante, (érotomane/nymphomane?)

- Un type au prénom assez quelconque... à la vie apparemment quelconque mais qui rencontre chaque jour des gens bizarres... Il pourrait être VRP ou quelque chose dans le genre... (référence à Boucq)

- Le journal d'une jeune fille à

la Jane Austen

ou Elizabeth Gaskell... Angleterre victorienne.

- Un blog dont la rédaction durerait 9 mois... une sorte de "Journal de la création"...

- Le journal d'un potentiel tueur raté qui s'avère être un travesti suicidaire.

Dites-moi quel est a priori la vie de qui vous aimeriez lire... soumettez-moi vos idées de développements psychologiques... je vous serai reconnaissante.

Posté par caiou à 08:09 - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Assez de faire du méta-blog et de ne parler que

    Un petit à vie...

    Je pencherai pour la vie insoluble d’un clepstomane (voleur de chiens) dont le nom seul risque d’en faite aboyer plus d’un : Hildebert Troufignon du Bois de Centheures. Fils de nobles décapités pendant la moisson de houblon de l’automne 1784, il dut s’exiler en Laponie pendant la campagne présidentielle qui a précédé la prochaine guerre mondiale. Limonadomane invétéré, il est capable du pire comme du plus pire. Mais sa bonhommie maladive et sa ressemblance à un ministre déchu de la cinquième raie publique, il fréquente assidûment les Dames du bois de Centheures.

    Posté par Ostengew, 31 mai 2005 à 08:34 | | Répondre
  • Alors,comme tu m'as posé la question, je dirais le tueur raté, avec toutes ces aventures d'assassinats divers et variés, à travers strassburg bien sûr.
    Avec plein de détails sordides également, tirant(nous connaissons ton addiction pour) vers la scatologie...hihihi

    Posté par no., 01 juin 2005 à 21:04 | | Répondre
  • Les descendants de Jean-Baptiste Patriarche demeurèrent propriétaires directement ou par alliance jusqu’en 1940. Cette année-là, Marie-Noémie Vernaux, petite-nièce de Jean-Baptiste Patriarche, décède et, comme aucun héritier ne voulait ou ne pouvait assumer la succession, la maison est mise en vente et acquise en 1941, par André BOISSEAUX qui, durant 56 ans, lui donna l’essor qu’elle a aujourd’hui. Au décès d’André, son fils Jacques, toujours en poste, a pris la direction des établissements.

    (une victorienne anglaise qui s'appelle brigitte et travaille dans un sex-shop) **

    Posté par DR. strangelove, 04 juin 2005 à 03:44 | | Répondre
  • Wesh

    J'adore la mise en page et les couleurs de ton blog. C'est trop classe!

    J'aime aussi ces jeux de mots qui viennent a n'en pas finir clouter la ceinture discursive : c'est beau comme du Lacan!

    J'ai hate de lire la suite.

    Toi-meme tu sais (dans la place wesh, bebido mcdo + grue volante)

    Posté par Dans deux lions, 06 juin 2005 à 00:48 | | Répondre
  • Bitte

    Sinon, je vote pour cette solution : "Un type au prénom assez quelconque... à la vie apparemment quelconque mais qui rencontre chaque jour des gens bizarres... Il pourrait être VRP ou quelque chose dans le genre... (référence à Boucq)"

    Et aussi pour la poutrelle en silex.

    Posté par Dans deux lions, 06 juin 2005 à 00:55 | | Répondre
  • Patate

    LA PATATE QUI DEVINT UNE TOMATE de Raymond Federman

    Oh! la patate
    la pa pa te
    la ta pa te
    la pa te te
    la te pa pa
    la te ta pa
    la ta pe pa
    la pa me ta
    la po me ta
    la ta po me
    la te po pa
    la pa mo te
    la po to po
    la pa te ta
    la ma to pe
    la ma pa to
    la te mo pa
    la ma ta te
    la to te ma
    la ma to to
    la te ta mo
    la ta mo te
    la to ma te
    Ah! la tomate

    Posté par Dans deux lions, 07 juin 2005 à 16:26 | | Répondre
Nouveau commentaire